Secrets of War

Un film de Dennis Bots, 2014
-

Genre: Film pour enfant / Drame

Langues: Néerlandais, allemand

Sous-titres: Anglais

Durée: 95 min

Pays: Pays-Bas, Luxembourg, Belgique

Année: 2014

 

Facebook

Disponible en VOD

SYNOPSIS

-

Secrets of War, c’est l’histoire d’une amitié entre deux enfants, Tuur et Lambert, âgés de 12 ans, pendant la Seconde Guerre Mondiale. Vivant dans un petit village des Pays-Bas, rien ne semble perturber leur monde insouciant de jeux d’enfant, pas même la guerre qui gronde avec ses bombardements réguliers, ni les mystérieuses inimitiés qui semblent opposer leurs parents respectifs. Lorsque Maartje, une nouvelle et belle élève, arrive dans leur classe, elle est aussitôt intégré au duo et une autre amitié à trois commence. Mais Tuur se rapproche progressivement de Maartje en délaissant Lambert. Un soir, Maartje confie à Tuur ses secrets. Pour tromper sa douleur et sa solitude, elle cache avec elle, un petit animal de compagnie, Bella, un cochon, alors que ces animaux ont été réquisitionnés dans toutes les fermes du pays par l’armée allemande. Jaloux de l’amitié exclusive de Tuur envers Maartje, Lambert découvre l’existence de Bella et la dénonce à son père pour se venger de sa mise à l’écart par Tuur. Mais Bella, le petit secret de Maartje masque un secret plus grand et plus dangereux encore… Sans prendre conscience de la gravité de ses actes, Lambert fait involontairement basculer l’innocence des trois enfants dans la réalité de l’occupation allemande et de la répression nazie.

CREDITS

-

Réalisation: Dennis Bots

Chef opérateur: Rolf Dekens

Costumes: Uli Simon

Décors: Kurt Loyens

Maquillage: Katja Reinert

Montage: Peter Alderliesten

Musique: Andre Dziezuk

 

Interprètes:

 

Tuur Rademakers: Maas Bronkhuyzen

Lambert Nijskens: Joes Brauers

Maartje Driessen: Pippa Allen

Chef des soldats allemands: Luc Feit

 

Produit par Bijker Film et Rinkel Film (Pays-Bas)

Co-produit par Tarantula Luxembourg et Living Stone (Belgique)

 

Ventes internationales: Sola Media

GALERIE

-
 
Maartje est nouvelle dans l’école de Lambert et Tuur - ©Tarantula
- ©Tarantula
- ©Tarantula
- ©Tarantula
- ©Tarantula
- ©Tarantula
Maartje dévoile son secret à Tuur - ©Tarantula
- ©Tarantula
- ©Tarantula

FESTIVALS

-
TIFF (Canada)

Netherlands Film Festival (Pays-Bas)
Award : Golden Calf Special Jury Award

Buster Film Festival (Danemark)

Kristiansand Film Festival (Norvège)

Film Movement (USA)

Chicago International Children's Film Festival (U.S.A)
Award : Adult Jury Prize — Live-action Feature Film

Castellinaria Film Festival (Suisse)
Award : Castello d'Oro award

UK Jewish Film Festival Hong-Kong (Chine)

Norwegian FF Movies on War (Norvège)

Gijón Film Festival (Espagne)

IJFF (International Jewish Film Festival) (Autralie)

Festival du film pour enfants à Chemnitz, Schlingel (Allemagne)

Ale Kino Int'l Youth Film Festival (Pologne)

Jerusalem Jewish Film Festival (Israel)

UK Jewish Film Festival Hong-Kong (Chine)

Norwegian FF Movies on War (Norvège)

Gijón Film Festival (Espagne)

RÉALISATEUR

-

Dennis Bots décroche son diplôme de la Nederlandse Film en Televisie Academie en 1996 et se lance dans la réalisation pour le petit écran. Rozengeur & Wodka Lime, Westenwind, Goede Tijden, Slechte Tijden, Celblok H et Spoorloos Verdwenen sont autant de séries dramatiques néerlandaises pour lesquelles il a réalisé plusieurs épisodes, apprenant ainsi à travailler vite, à partager son attention et à inspirer les acteurs.

 

Dès 2004, il se spécialise de plus en plus dans les séries pour la jeunesse. Son premier long-métrage, Zoop in Afrika, sort en 2005 et sera suivi de Plop en de Pinguïn en 2007, Anubis: Het Pad der 7 Zonden en 2008 et Anubis en de Wraak van Arghus en 2009. Il décrochera à deux reprises le prix Platina Film (récompense pour plus de 400.000 spectateurs aux Pays-Bas) et sera aussi récompensé d’un Gouden Film (pour plus de 100.000 spectateurs). En 2012, il se risque à l’adaptation du roman Cool Kids don’t cry de Jacques Vriens, sur les conseils de ce dernier. Le film connaît un succès fracassant et remporte un Gouden Film, un Rembrandt et le prix du public au Nederlands Film Festival ainsi qu’au Toronto International Film Festival for Children.

 

Secrets of war également adapté du roman de Jacques Vriens a quant à lui été sélectionné à l’automne 2014 au TIFF, au Chicago International Children’s Film Festival et au Netherlands Film Festival où il a d’ailleurs reçu le Golden Calf Special Jury Award. Avec ce film, Dennis Bots signe son sixième long-métrage en l’espace de dix ans. Une belle performance pour ce cinéaste qui, né en Zambie, a grandi dans le Brabant du Nord.

VIDEO

-

REVUE DE PRESSE

-

“Une des plus belles coproductions jamais réalisées au Luxembourg et le film idéal pour expliquer aux enfants ce que fut la Seconde Guerre mondiale. Les gosses sont phénoménaux, la mise en scène s’inspire chez Spielberg, la progression dramaturgique du scénario est exemplaire et l’émotion est largement au rendez-vous. 4 étoiles amplement méritées.”

Jean-Pierre Thiltges / Revue

 

“Ce film fort et sensible signé Dennis Bots met en scène trois enfants déchirés par la Seconde Guerre mondiale. (…) le film est une des plus belles coproductions grand-ducales actuelles et un outil de travail idéal pour parler de la Seconde Guerre mondiale avec les enfants.”

Le Quotidien / Pablo Chimienti

 

“Coup de cœur des enfants au Luxembourg City Film Festival il y a quelques semaines, “Secrets of war” n’en finit pas de séduire son public”

Femmes Magazine

 

“Selon nous, Dennis Bots n’est pas loin d’un Steven Spielberg en lâchant ses trois jeunes protagonistes dans les paysages de la guerre. La mise en scène est très belle, tout comme les images en cinémascope et la musique d’André Dziezuk. Les acteurs qui jouent les trois gosses sont tout à fait superbes.”

Jean-Pierre Thilges

 

“Das rundum ausgezeichnet inszenierte und gespielte Kriegsdrama nach einem Buch von Jacques Vriens ist die bis dato zweifelsohne beste luxemburgische Koproduktion aller Zeiten. {…} Dieses kleine Meisterwerk sollte niemand verpassen.”

Christian Spielmann / Lëtzebuerger Journal